DrakkarOnline - le Portail Normand de l’Information Economique (http://www.drakkaronline.com)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Accueil >> Zoom du jour

 
L'argile brayon intéresse le briquetier Bouyer –Leroux qui souhaite ouvrir une usine employant une soixantaine de salariés

L’argile brayon intéresse le briquetier Bouyer –Leroux qui souhaite ouvrir une usine employant une soixantaine de salariés

 

Date de publication de l'article : 9/08/2010 
 
Le canton d’Argueil dans l’Est du département de Seine-Maritime pourrait renouer avec son passé ancestral. L’entreprise Bouyer-Leroux, l’un des principaux acteurs du marché sur le Grand Ouest, envisage d’y ouvrir une briqueterie de nouvelle génération. Le projet pourrait se concrétiser d’ici 2013 avec à la clef une soixantaine d’emplois directs pour un investissement de 30 M€. L’importante veine d’argile qui alimenterait la chaîne de production a été révélée lors de la construction de la déviation routière de Forges-Les-Eaux.

Elle couvre le territoire de quatre communes - Hodeng-Hodenger, Mésangueville, Argueil et la Ferté-Saint-Samson – mais « Il ne s’agit pas d’ouvrir une immense carrière ; l’extraction se ferait par points de sondage le long de la veine », s’empresse de préciser le conseiller général du canton d’Argueil, Daniel Buquet.

Depuis qu’il a été informé du projet il y a deux ans, l’élu s’enthousiasme à l’idée de recréer de l’activité dans une région en difficulté économique. Une vingtaine d’opposants-riverains ne l’entendent pas de cette oreille et craignent que l’exploitation des carrières et de l’usine de production ne provoque trop de nuisances.

Patiemment, le conseiller général reprend un à un chacun des motifs d’inquiétude. Une noria de camions envahira les routes : « l’usine sera implantée au plus près des sites de production d’argile et sera alimentée par dix bennes de 25 tonnes par jour auxquelles il faut ajouter les dix camions de produits finis - soit seulement deux bennes par heure – », répond Daniel Buquet. Les pâturages seront abîmés par la poussière : « Les briques réfractaires qui seront fabriquées sont aussi dures que de la céramique et ne provoquent pas de poussières. Par ailleurs, le process nécessite l’utilisation d’argile humide, donc là encore non poussiéreux ».

Cela risque de toucher à l’environnement du Pays de Bray « Il n’est évidemment pas question de toucher aux tourbières qui sont protégées par le conservatoire naturel des sites ». Les paysages risquent d’être défigurés : « L’exploitation du gisement d’argile se fera par petites zones au fil des besoins de l’usine et après coup, chacune des carrières est, soit remblayées et replantées, soit mise en réserve d’eau ou bien remise en culture ».

JPG - 42.1 ko

Si elle attentive aux effets induits, la population accueille le projet avec intérêt d’autant que Bouyer-Leroux prévoit d’exploiter le site pour au moins une trentaine d’années, confortant durablement l’emploi. La France ne couvre pas ses besoins en briques, le nord du pays notamment est fourni par des entreprises allemandes. L’usine en projet fabriquerait des briques creuses de nouvelle génération dont elle fait valoir les performances en particulier au niveau de l’isolation thermique et acoustique.

Les essais en laboratoire de l’argile brayon se sont révélés concluants pour fabriquer des produits de qualité et les premiers tests industriels seront lancés cet été sur l’une des chaînes de fabrication de Bouyer-Leroux. Il restera alors à localiser plus précisément les niveaux des gisements d’argile afin de définir le meilleur emplacement de l’usine. Au terme des procédures administratives qui suivront les partenaires espèrent pouvoir ouvrir le site d’ici trois ou quatre ans.

Bouyer-Leroux est une entreprise familiale centenaire de type Scop (Société coopérative de production) basée dans le Maine-et-Loire qui exploite trois sites pour une capacité de production de 600 000 t de briques par an. Elle emploie 170 personnes et réalise un CA de 44 M€.

Source : ANI

Rapetisser la police Envoyer cet article par E-mail Imprimer Grossir la police

Envoyer cet article par e-mail

Thématique(s) associée(s) :

• Plasturgie / Matériaux

 
 
 
 
Drakkar hebdo
 
Lettre d'information
Thèmes * :
Pour recevoir chaque vendredi les infos de la semaine laissez nous simplement votre courriel
 
 
 
ISO 9001 : 2015 : révolution ou évolution ?  - atelier découverte AFNOR le 29 avril à Caen
 
 
Bilan social annuel du transport routier de marchandises en 2012 - Le Bilan social annuel du TRM offre, pour le secteur des transports routiers de marchandises, un cadrage économique ainsi que des données et (...)
 
Profil de Créateurs/Repreneurs normands - Édition 2013 - La CCI de Normandie vient de publier son deuxième numéro de l’Observatoire Régional des Porteurs de Projet d’Entreprise. Cette année, le champ de (...)
 
 
La filière aéronautique en Normandie - Dossier d’Aval - novembre 2013 - Une publication de l’Insee Haute-Normandie
 
 
Ligne Nouvelle Paris-Normandie - Grand projet ferroviaire
 
Lancement du site Internet du CIRAS - Le Comité d’Initiation et de Recherche Aéronautique et Spatiale de Haute-Normandie
 
Espace Manche - Trouver un bâtiment, un terrain dans la Manche, les CCI et le Conseil Général vous accompagnent.
 
Le gouvernement lance un site pour aider les entreprises à exporter - Le portail www.france-international.fr, lancé officiellement par le ministère du Commerce extérieur lundi 16 décembre, rassemble toutes les informations et contacts utiles pour aider les entreprises à se développer à l’international.