DrakkarOnline - le Portail Normand de l’Information Economique (http://www.drakkaronline.com)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Accueil >> Zoom du jour

 
E Caux Centre devient la référence régionale de la filière bio

E Caux Centre devient la référence régionale de la filière bio

 

Date de publication de l'article : 21/06/2012 
 
La plateforme d’alimentation biologique E Caux Centre a ouvert ses portes ce mercredi 20 juin sur la commune d’Auzebosc, près d’Yvetot. Le concept est unique en France.

Il s’agit de développer dans un même lieu les filières d’approvisionnement en produits biologiques et équitables. On y trouve ainsi sur un site de 5 ha un centre de formation au maraîchage biologique, une maison bioclimatique, près de 3 ha de culture en plein champ et des serres pour la production de légumes, un atelier de fabrication de pain et pâtisserie bio et au centre du dispositif une centrale d’achat.

« Ce centre logistique est indispensable pour distribuer les produits alimentaires sur la région », insiste le président d’ E Caux Centre, Denis Langlois. L’idée est d’approvisionner en produits bio tout autant les particuliers via une souscription – ils sont déjà plus de 400 à avoir adhérer à la coopérative - que les professionnels, collectivités, magasins spécialisés bio, des commerçants « classiques » souhaitant ouvrir un rayon spécialisé.

Situé au cœur du pays de Caux, une terre riche traditionnellement ouverte à l’agriculture conventionnelle, E Caux Centre revendique avant tout des vertus pédagogiques.

La région Haute-Normandie dans son ensemble est en retard en matière d’agriculture bio, se classant 21ème région en pourcentage de surfaces cultivées. Depuis trois ans toutefois, on note une forte augmentation de conversions d’exploitations, fait remarquer l’observatoire normand de l’agriculture biologique. Depuis 2007, les surfaces en conversion sont multipliées par 2 tous les ans et l’on a atteint une surface cultivée bio de plus de 7.000 ha en 2011. La Basse-Normandie, classée 10ème en France, totalise pour sa part quelque 41.000 ha.

Au regard de la demande croissante des consommateurs, la marge de progression est importante sur le territoire. C’est dans cette logique que la démarche E Caux Centre a été soutenue par les collectivités territoriales et les pouvoirs publics. Elle est née de l’initiative de bénévoles déterminés qui réunis au sein de l’association ANETH ( Animations Nature et Environnement et Techniques Horticoles » présidée par le même Denis Langlois ont développé au début des années 90 sur Yvetot de nombreuses initiatives sur la production bio et le commerce équitable (boutique, production maraîchère, organisation du Salon E Caux Bio..).

En 2006, l’ANETH forte de son expérience se distinguait dans l’appel à projet Eco Région Solidaire qui lui permettait de financer une étude de faisabilité du projet E Caux Centre qui sera labellisé dans la foulée « Pôle d’Excellence Rural » par le ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire. Dés lors les partenaires publics convaincus de l’intérêt de la démarche, Région Haute-Normandie, Département de Seine-Maritime et Etat débloquaient des fonds dans le projet à hauteur de 2 M€ sur un investissement total de 4 M€, le solde étant financé par emprunt.

Un exemple de reconversion réussie d’un agriculteur

Lorsqu’il s’installe en 2001 sur l’exploitation familiale de 75 ha située à Saint-Vaast-du-Val près de Tôtes, Edgar Dumontier travaille la terre comme on lui a appris, c’est à dire en « conventionnel » utilisant des produits phytosanitaires et engrais. Producteur de lait et de céréales, il en vient rapidement à l’agriculture « raisonnée », à savoir dit-il que l’on « ajuste au mieux les engrais et phytosanitaires à travers une vision uniquement de ratios économiques ». Cela fonctionnait correctement mais il s’interroge sur cette logique qui faisait qu’il importait du soja d’Amérique du Sud pour nourrir ses vaches alors qu’il exportait son blé via le port de Rouen. La rencontre avec une équipe de Défis ruraux fera le déclic pour « réapprendre à cultiver de l’herbe pour ses vaches sans ajouts de produits ». « L’idée simple est de produire les aliments dont les bovins ont besoin ». Bien lui en pris, la démarche se révèle plus rentable tout à la fois sur le plan économique et écologique. « Et je gagnais en autonomie », ajoute t-il. Le pas définitif vers l’agriculture bio était franchi en 2009, jusqu’à l’obtention l’an passé de son certificat « bio » pour ses productions laitières. « Le plus dur lorsque l’on passe en bio n’est pas d’ordre économique ou technique mais psychologique », résume aujourd’hui cet agriculteur heureux et fier de sa conversion.

Rapetisser la police Envoyer cet article par E-mail Imprimer Grossir la police

Envoyer cet article par e-mail

Thématique(s) associée(s) :

• Aménagement du territoire
• Développement durable
• Agro-alimentaire
• Agriculture / Pêche

 
 
 
 
Drakkar hebdo
 
Lettre d'information
Thèmes * :
Pour recevoir chaque vendredi les infos de la semaine laissez nous simplement votre courriel
 
 
L’Eure du Business - le mardi 20 mai 2014 - lieu à confirmer
 
 
Communiquer efficacement au travers des réseaux sociaux - le mardi 13 mai 2014 de 9h à 17h - CESAM (Centre d’Enseignement Supérieur de l’Artisanat et des Métiers) - CAEN
 
ISO 9001 : 2015 : révolution ou évolution ?  - atelier découverte AFNOR le 29 avril à Caen
 
 
Bilan social annuel du transport routier de marchandises en 2012 - Le Bilan social annuel du TRM offre, pour le secteur des transports routiers de marchandises, un cadrage économique ainsi que des données et (...)
 
Profil de Créateurs/Repreneurs normands - Édition 2013 - La CCI de Normandie vient de publier son deuxième numéro de l’Observatoire Régional des Porteurs de Projet d’Entreprise. Cette année, le champ de (...)
 
 
La filière aéronautique en Normandie - Dossier d’Aval - novembre 2013 - Une publication de l’Insee Haute-Normandie
 
 
Ligne Nouvelle Paris-Normandie - Grand projet ferroviaire
 
Lancement du site Internet du CIRAS - Le Comité d’Initiation et de Recherche Aéronautique et Spatiale de Haute-Normandie
 
Espace Manche - Trouver un bâtiment, un terrain dans la Manche, les CCI et le Conseil Général vous accompagnent.
 
Le gouvernement lance un site pour aider les entreprises à exporter - Le portail www.france-international.fr, lancé officiellement par le ministère du Commerce extérieur lundi 16 décembre, rassemble toutes les informations et contacts utiles pour aider les entreprises à se développer à l’international.