DrakkarOnline - le Portail Normand de l’Information Economique (http://www.drakkaronline.com)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Accueil >> Zoom du jour

 
Récolte d'informations à la Journée Céréales de Rouen. Philippe Chalmin, l'un des intervenants

Récolte d’informations à la Journée Céréales de Rouen. Philippe Chalmin, l’un des intervenants

 

Date de publication de l'article : 4/05/2012 
 
La 26ème édition de la Journée Céréales du port de Rouen, organisée pour la première fois par Haropa, le GIE des ports de Paris, Rouen et Le Havre, a rassemblé dernièrement à La Vaupalière, près de Rouen, quelque 200 participants. Ces acteurs de la filière céréalière d’exportation ont écouté puis dialogué avec quatre spécialistes traitant divers aspects du thème Terre arables, industrie, logistique, questions sur un secteur agricole en mutation : une Journée Céréales riche en informations.

En ouvrant cette Journée Céréales 2012, Philippe Deiss, président du conseil d’administration de Haropa et directeur général du Grand Port Maritime de Rouen, 1er port européen d’exportation de céréales, a rappelé « L’axe Seine est un vecteur majeur de l’exportation française des céréales, au moyen de ses silos portuaires rouennais, mais aussi par les sites fluvio maritimes et fluviaux de l’Ile-de-France, et grâce aux capacités conteneurs du Port du Havre. »

Philippe Deiss a également cité deux investissements visant à renforcer la compétitivité céréalière de la place rouennaise : l’amélioration des accès maritimes de Rouen dont le chantier (185 millions d’euros pour un tirant d’eau de 11,70 m) s’est ouvert en janvier 2012 et la reconstruction, aujourd’hui terminée, d’un poste de sécurité et d’attente à Vatteville-la-Rue, permettant aux navires de travailler en bi-marée. Puis le président de Haropa a passé la parole aux intervenants de cette Journée Céréales de Rouen, dont voici quelques propos significatifs.

Philippe Chalmin, professeur à l’Université Paris Dauphine, président de CyclOpe, sur Les marchés de matières premières en 2012 : « La caractéristique de ce que nous vivons est la grande instabilité du monde, malgré les efforts notables du G 20. Depuis la fin du XXème siècle, les prix des matières premières ont été multipliés par 7. » Philippe Chalmin estime que la croissance économique pourrait, en 2012, s’établir à « + 2,5% aux Etats-Unis, 0% en Europe, + 9% en Chine – la véritable inconnue – et de +4 à +7% dans les autres pays émergents ». Cette situation s’accompagnera « d’une demande alimentaire extrêmement forte, puisque la croissance mondiale atteindra quand même + 3,5%. » Le marché du blé sera « pratiquement à l’équilibre entre production et consommation sur 2011/2012, avec une forte progression des échanges mais aussi un certain retour à l’unilatéralisme. »

JPG - 50 ko
Philippe Chalmin à la tribune

Jean-Louis Rastoin, professeur émérite à Montpellier SupAgro, directeur de la chaire Unesco du réseau Unitwin en alimentations du monde, sur Ressources en terre et alimentation durable, perspectives mondiales à long terme : « On compte aujourd’hui 450 millions d’exploitations agricoles dans le monde, dont seulement 13,5 millions en Europe. D’ici 2050, il est possible, selon les modèles de développement, de multiplier par 1,3 jusqu’à 2,2 la surface mondiale de terres cultivables. » Jean-Louis Rastoin rappelle : « 43% de la population mondiale souffre de malnutrition, il faut se situer dans la cadre d’un objectif : le droit à l’alimentation. Nous pouvons choisir entre un système agro industriel tertiarisé, et un système de proximité, de rupture. » L’intervenant cite le philosophe utopiste Ernst Bloch : « Faire du sol et de l’attachement à la terre des éléments contemporains, des fondements de la liberté et du besoin d’appartenance, en même temps que des vecteurs de sensibilité et d’une conscience universaliste. »

Thierry Stadler, directeur général du pôle de compétitivité Industries et Agro-Ressources (IAR), sur Céréales et chimie verte, quels usages pour demain ? : « La compétition internationale sur la chimie du végétal est aujourd’hui vive, car les recherches sont actives et soutenues par l’Etat aux Etats-Unis, ou en Chine. Nous devons être capables de mobiliser la ressource agricole. Ainsi, la bio raffinerie permet la transformation de la biomasse, de manière durable, en un large spectre de produits et d’énergie. Aujourd’hui, on compte en Europe 34 sites pilotes et industriels de bioraffinage, dont 16 dans les ports. En France, le potentiel, lié à la puissance agricole française, est important, notamment sur les biocarburants de 2ème génération, sur ressources non alimentaires, mais à échéance d’une dizaine d’années. » Thierry Stadler précise que le nouveau site Agrobiobase, portant sur les agro matériaux (ex. : résines, colles, substitution de fibre de carbone à partir de le paille, bio plastifiants, plastiques bio sourcés) constitue une banque de données accessible sur Internet, « suivant les choix de IAR : de niches, mais de compétitivité. »

Leandro Pierbattisti, France Export Céréales, sur La Logistique, clé future de l’accès aux marchés export, apporte une série d’informations sur l’organisation des marchés d’Amérique du Sud et de l’Est : « L’Argentine est le seul exportateur traditionnel qui va conserver des parts de marché. S’il il n’y a aucune restriction à produire plus et mieux dans les années à venir, en Amérique du Sud, où par leur dynamisme à l’export, l’Uruguay, le Paraguay et la Bolivie sont de véritables Pays Baltes, le Brésil rencontre de graves problèmes de stockage, transport et capacités portuaires. Et la Russie, pour la disponibilité et les coûts, ressemble étrangement au Brésil… » Selon Leandro Pierbattisti, les point faibles du sud de la Russie, par exemple, sont « le monopole semi-public, des embouteillages logistiques et l’absence de filière logistique avec organisation verticale. Le secteur des camions est opaque et le poids des sociétés privées dans la logistique ferroviaire est minime. En résumé, en Argentine, au Brésil, en Russie, en Ukraine, l’Etat joue un rôle majeur dans le secteur céréalier, intervient, subventionne… »

Source : Grand Port Maritime de Rouen

Rapetisser la police Envoyer cet article par E-mail Imprimer Grossir la police

Envoyer cet article par e-mail

Thématique(s) associée(s) :

• Agriculture / Pêche
• Chiffres clés & Observatoires Éco
• Logistique

 
 
 
 
Drakkar hebdo
 
Lettre d'information
Thèmes * :
Pour recevoir chaque vendredi les infos de la semaine laissez nous simplement votre courriel
 
 
Le train de la nouvelle France industrielle - le jeudi 24 avril au Havre
 
Acheter local pour les entrepreneurs Seine-Eure - Un salon pour acheter local sur le territoire de la CASE, organisé le 17 avril au Vaudreuil
 
Le GIRV, Groupement Interprofessionnel de la Région de Vernon, fête ses 70 ans !  - Le jeudi 17 avril 2014, le Groupement Interprofessionnel de la Région de Vernon fêtera ses 70 ans au Manoir de la Chapelle Réanville. L’occasion (...)
 
 
Bilan social annuel du transport routier de marchandises en 2012 - Le Bilan social annuel du TRM offre, pour le secteur des transports routiers de marchandises, un cadrage économique ainsi que des données et (...)
 
Profil de Créateurs/Repreneurs normands - Édition 2013 - La CCI de Normandie vient de publier son deuxième numéro de l’Observatoire Régional des Porteurs de Projet d’Entreprise. Cette année, le champ de (...)
 
 
La filière aéronautique en Normandie - Dossier d’Aval - novembre 2013 - Une publication de l’Insee Haute-Normandie
 
 
Ligne Nouvelle Paris-Normandie - Grand projet ferroviaire
 
Lancement du site Internet du CIRAS - Le Comité d’Initiation et de Recherche Aéronautique et Spatiale de Haute-Normandie
 
Espace Manche - Trouver un bâtiment, un terrain dans la Manche, les CCI et le Conseil Général vous accompagnent.
 
Le gouvernement lance un site pour aider les entreprises à exporter - Le portail www.france-international.fr, lancé officiellement par le ministère du Commerce extérieur lundi 16 décembre, rassemble toutes les informations et contacts utiles pour aider les entreprises à se développer à l’international.